Version imprimable

FL54 - Didier BOUCKAERT

Président de la CCI Hainaut

 Didier BOUCKAERTLa passion des chiffres l’a poussé à latin- maths à Bonne Espérance et à embrasser la carrière d’expert-comptable. Mais aujourd’hui comme administrateur de Deloitte Fiduciaire et nouveau président de la Chambre de commerce et d’industrie du Hainaut, il est plus proche des hommes que des chiffres.

FUCaM Liaisons : De 1988 à 1990, vous effectuez un graduat en comptabilité à l’EPHEC à Bruxelles. Vous décidez ensuite de poursuivre par une licence en sciences économiques. Pourquoi avoir choisi les FUCaM ?

Didier Bouckaert : Je vois trois raisons majeures. La première est que les FUCaM étaient la seule faculté à proposer une passerelle. La deuxième est une question de proximité : j’habitais Binche. La troisième est la taille du campus, qui me convenait particulièrement.

F. L. : Vous sortez donc des FUCaM en 1992 avec en poche un diplôme de licencié en sciences économiques appliquées. Que retenez-vous des FUCaM ?

D. B. : Je retiens surtout le côté pratique des cours, plus marqué que dans d’autres universités, J’y ai reçu un enseignement de qualité caractérisé par une grande disponibilité du corps enseignant. Le cadre familial et relationnel nous obligeait à nous ouvrir plus facilement aux autres.

F. L. : Ensuite ?

D. B. : En attendant mon service militaire - je faisais partie de la dernière levée - j’ai effectué un stage de 3 mois au cabinet de Dominique Deliège, expert comptable à Charleroi, un ancien des FUCaM. Je découvre alors une profession plus dynamique qu’on ne l’imagine habituellement. A travers les chiffres, on a surtout un rôle de conseil auprès des patrons d’entreprises. Cette profession m’a donc attiré. En 1999, je deviens expert comptable affilié à l’Institut des experts comptables (IEC). Après mon service militaire, je reviens chez Dominique Deliège. En 1997, nous intégrons un cabinet international, Moores Rowland Belgium, où je suis consultant en management financier. En 1999, MRA est absorbé par Deloitte Fiduciaire. Je suis le mouvement et je deviens responsable du département «Expertise comptable » chez Deloitte Fiduciaire. En 2006, je suis nommé administrateur et responsable d’agence à Charleroi.

F. L. : En quoi consiste votre job chez Deloitte Fiduciaire ?

D. B. : Comme responsable d’agence, mon rôle consiste à organiser, planifier et superviser nos missions tout en trouvant les bonnes ressources, et cela avec 35 collaborateurs, dont 8 anciens des FUCaM. Personnellement, je suis fier de collaborer au projet ambitieux de Deloitte, de maintenir et renforcer nos PME. Ma fonction me permet au quotidien un contact privilégié avec nos clients, nos prospects et nos ressources.

F. L. : Parallèlement, vous êtes attiré depuis belle lurette par une autre organisation, la Chambre de commerce et d’industrie du Hainaut, la CCIH.

D. B. : L’histoire qui me lie à la CCIH est vieille de plus de 35 ans. Mon père était membre de la Jeune Chambre économique de Charleroi et administrateur de la Chambre de commerce de La Louvière. Cela fait des années qu’il m’a donc transmis son goût de l’investissement personnel, mais également l’envie de m’investir dans notre région. Membre de la CCIH depuis le début de ma carrière, je suis élu au conseil d’administration et au comité de direction en 2004. En juin 2009, l’assemblée générale me désigne président pour trois ans.

F. L. : Quels seront vos objectifs ?

D. B. : Je voudrais dire haut et fort les multiples réussites des entreprises de notre région. L’un de mes objectifs essentiels est de persévérer dans la mise en réseaux des entreprises, qui bien que parfois proches ne connaissent pas les atouts des autres. Et enfin, à l’heure de la mondialisation, je voudrais fédérer les différents secteurs hennuyers, mais également les différentes régions, qui composent notre Chambre de commerce et d’industrie du Hainaut.

F. L. : En un mot comme en cent, quel rôle voulez-vous jouer comme président ?

D. B. : Coordonner les acteurs et les activités, véhiculer l’image positive des entreprises de notre Hainaut, terre des hommes, terre d’entreprises, ma terre bien-aimée.

 

Alfred Diricq

ALIFUCaM, association des anciens diplômés