Version imprimable

13.11.09 Prix ALIFUCaM 2009:David Vandromme, licencié en sciences de gestion en horaire décalé pour son mémoire intitulé-, « L’intégration des normes Solvency II dans les compagnies d’assurances ».


EMBARGO : vendredi 13 novembre 18 h

Depuis 2005, l’ALIFUCaM, association des anciens diplômés des FUCaM, attribue le prix du mémoire d’excellence, doté de 1.000 €, à un nouveau diplômé dont le mémoire de fin d’études est particulièrement remarquable. Le Prix ALIFUCaM 2009 est décerné à David Vandromme, licencié en sciences de gestion en horaire décalé pour son mémoire intitulé-, « L’intégration des normes Solvency II dans les compagnies d’assurances ».

La réforme européenne Solvency II d’application en 2012 dans les compagnies d’assurances vise fondamentalement une meilleure adéquation entre les différents risques liés aux placements des compagnies d’assurance et aux engagements pris par celles-ci envers les assurés. Le mémoire de David VANDROMME, dont le promoteur est le Professeure Isabelle Platten, propose une analyse quantitative des répercussions de cette nouvelle norme de solvabilité sur la structure financière des compagnies. L’étudiant s’est basé sur un modèle élaboré pour la gestion des risques dans le secteur bancaire qu’il a adapté en y intégrant les variables spécifiques au secteur des assurances.

C’est l’approche quantitative sophistiquée qui a permis à ce mémorant de tirer des conclusions concrètes concernant la gestion des risques des compagnies d’assurance qui a séduit le jury du Prix ALIFUCaM.

Le jury est composé d’anciens des FUCaM aux sensibilités différentes, ils sont soit diplômés es sciences de gestion, soit es sciences politiques parmi lesquels le ou la titulaire du prix de l’ALIFUCaM de l’année précédente.

Proposés par les autorités académiques, les mémoires sont appréciés sur la base de différents critères d’évaluation: la qualité de la synthèse du mémoire en 10 pages maximum, la défense orale, la pertinence des réponses aux questions du jury et la capacité du mémorant de situer de façon critique son mémoire dans un environnement professionnel.

Comme les années précédentes, les sujets développés étaient d’une très large diversité et les travaux de haute qualité. Les nominés sont :

- Elise Plomb, ingénieur de gestion, « Pour une analyse stratégique du processus de transfert des connaissances. Etude de cas dans un service public fédéral belge ». La mémorante a réalisé l’étude d’un projet concret de transfert de connaissances entre des fonctionnaires seniors et leurs collègues juniors au sein d’un Service Public Fédéral. Elle a notamment mis en lumière les comportements psychologiques qui freinaient ce transfert en fonction de différentes pratiques imaginées par la gestion des ressources humaines. Promoteur : professeur Laurent Taskin.

- Stacy Luchini, master en administration publique, « La politique de réaffectation des friches industrielles dans la Région de Bruxelles-Capitale : quel mode de gouvernance urbaine » ? La diminution progressive de la capacité des autorités publiques de gouverner pleinement leur territoire en usant uniquement des moyens traditionnels de gouvernement débouche sur le concept de gouvernance que l’étudiant a analysé dans le cas de la réaffectation des friches industrielles de la Région de Bruxelles. Promoteurs : Professeurs Fabienne Leloup et Sébastien Pradella.


- Thomas Gigounon, licencié en sciences politiques en horaire décalé, « L’obstruction et la flibuste : Jeux et enjeux parlementaires ». Ce travail avait pour objectif de déceler des points typiques de l’obstruction parlementaire, de relever des récurrences particulières et de dresser une éventuelle typologie de celle-ci. Cette importante analyse portait sur les obstructions qui ont eu lieu au sein d’assemblées des parlements des vingt-sept états membres de l’Union Européenne, l’étude de base portant sur le Sénat belge. Promoteur : Professeur Pierre Vercauteren.
 

Etudes

Activité d'information


Dernière publication


  • FUCaM Liaisons n°63

Mons 2015


  • Mons 2015 : pour l'UCL Mons aussi, c’est capital !